fifa ultimate team

  • Test - PES 2018 partie 2

    Suite de mon test de PES 18

    Le principal changement de ce PES 18, c'est la possibilité de contrôler l'équipier. Je crois cependant que c'est la fausse bonne idée par excellence. De prime abord, on peut se dire que le fait de diriger le personnage à qui on va donner la balle, c'est autant de boulettes commises par l'IA en moins. Malheureusement, c'est confus, pas très naturel, compliqué à exécuter. A mon bureau, j'ai deux ordinateurs ; parfois, je suis tenté d'utiliser les deux souris simultanément, pour lancer un logiciel sur l'un, un jeu sur l'autre. C'est la garantie de faire les choses assez mal, et lentement. Dans FIFA, on s'embrouille dans les contrôles et même après des heures de pratique, ça ne vient toujours pas. Le problème, c'est que c'était censé être le gros point fort de cet opus.

    pes-3.JPG

    D'une façon générale, si vous avez joué à FIFA avant, vous sentirez comme un manque. Je ne sais pas comment appeler l'ingrédient magique qui rend absolument tout fluide, spontané, harmonieux dans FIFA… Cette absence se sent dès les premières secondes de Pro Evolution Soccer 18, malheureusement. Et je crois que c'est vraiment ce qui m'ennuie le plus.

     

    La Ligue des Masters et la gestion des équipes..

    Comme je viens de le dire, on a la possibilité de participer à une des plus prestigieuses des coupes de foot, celle de l'UEFA. Y a-t-il plus belle compétition de football ? Avoir l'UEFA dans son contenu, c'est assurer les fondamentaux, passer les poules.

    Mais au niveau contenu, PES 18 nous assure une belle surprise tout de même, avec la Ligue des Masters. On devient le vrai patron du club et l'on gère bien plus de choses que deux jambes sur un terrain : ça passe par toute l'équipe, des joueurs évidemment, au préparateur en passant par les médecins. Il faut gérer l'entrainement. Cerise sur le gâteau, il est même possible de laisser les matchs se résoudre automatiquement. Konami semble s'être pas mal inspiré des séquences similaires des jeux de course de Codemasters. On assiste à tout ce qui se passe entre deux matchs ; c'est plutôt séduisant. Tous ceux qui suivent le foot de près savent bien que ce sport, ce n'est plus simplement 22 joueurs sur un terrain. Chaque émission consacrée au foot est autant dédié au sport qu'aux données économiques, à la réfection des stades, à la popularité d'un entraineur. Et parfois m�me aux call-girls. Konami a heureusement fait l'impasse sur cet aspect.

    Au niveau de la technique, je suis un peu partagé. Les plus grands joueurs sont criants de vérité. Ce qui tombe bien, je ne joue qu'avec le Barça. En revanche, en rencontrant les équipes adverses, au hasard, Lille, on s'aperçoit que le même degré de finition n'a pas été appliqué partout.

    pes-psg.JPGPeu importe si l'arbitre siffle des coups francs pour le moins exotiques, ça arrive en vrai, si le goal fait n'importe quoi sur une attaque, ça arrive aussi, si le contenu des coupes reste limité (heureusement, l'UEFA est lié)… Le principal problème reste quand même le ressenti que l'on a en touchant la balle. Il faut dire que la physique du ballon est donc trés particulière par rapport à l'an passée. Cela se vérifie sur les longues passes surtout : la balle à tendance à dévier, à partir dans un sens non désiré comme si elle était trés légère, comme un ballon en plastique. C'est vraiment très étrange.

    Avec ce genre de jeux en opposition, il serait facile de dire que FIFA conviendra aux fans de simu et PES aux joueurs à la recherche d'un jeu plus rythmé Pourtant, je ne peux pas m'empêcher de vous conseiller FIFA, quelles que soient vos préférences à la base. Les aficionados de PES (PES15, PES 2008...) voudront de toute fait découvrir le mode Ligue des Masters qui renouvelle la franchise. La forme cependant, pas le fond.

    note de PES 18 : 8/10

  • Test - PES 2018 partie 1

    Je ne sais plus trop quand ça a commencé. J'ai l'impression que ça date d'il y a une éternité, que Pro Evolution Soccer et FIFA ont toujours été opposées frontalement. On comprend évidemment qu'un jeu de foot soit comparé à un autre jeu de foot. Dans un test, c'est inévitable. C'est toujours notre objectif, à la base de chaque article, de vous dire si le jeu dont on parle aujourd'hui est le meilleur, ou pas.

    Mais le pire, c'est que la simultanéité des sorties des deux jeux nous contraint à choisir l'angle obligatoire de la comparaison, surtout lorsqu'il s'agit du second test. Le test de FIFA 18 étant déjà publié, la comparaison est pour ma tronche.

    pes18.JPG

    Je dois vous dire que je comprends à peine Konami. Pourquoi ne pas sortir son PES plus tard, histoire d'éviter la comparaison avec FIFA et plutôt axer la comparaison avec le PES précédent ? Pourquoi tout simplement ne pas sortir un PES 18 en 2018 et redonner un peu de sens aux noms des jeux. Pourquoi chercher à se faire battre malgré d'incroyables qualités à présenter.

    PES 18 vs FIFA 18 et ses crédits fifa

    Car ce PES est plutôt bon, on sent que depuis l'an dernier, Konami essaie de se reprendre en main. On peut même dire que c'est un des meilleurs PES depuis pas mal d'années. Mais en face, on a un FIFA qui s'est surpassé, qui a pris des risques en proposant une vrai gestion du pressing défensif pour rendre les moments du jeu où l'on ne possède pas le ballon aussi prenants que lorsqu'on l'a.Et l'effervescence du marché des transfert : depuis fifa 14 on s'échange des crédits fifa sans cesse, générant même une sous-économie du marché des crédits fifa : 100 000, 200 000, 1 000 000 de crédits fifa peuvent être obtenus en quelques minutes chez les revendeurs de credits fifa 18 pas cher  de manière sure et sécurisée sans avoir à jouer des centaines de matchs ou tirer des cartes sans joueur GOLD... PES 18 ne propose toujours pas ce marché des transferts et des crédits FUT qui fait pourtant le grand succès de FIFA Ultimate Team...

    Oui, EA a pris des risques en proposant plusieurs chantiers et un nouveau gameplay ; l'éditeur aurait pu se contenter d'une petite mise-à-jour. Or, en une seule édition, on a eu une refonte du moteur des collisions, des tactiques de jeu reposant sur un joueur précis et ce fameux pressing défensif qui modifie du tout au tout le gameplay. Tout n'est pas parfait dans FIFA. Mais ce sera mieux la prochaine fois.

    Chez Konami, ce n'est pas le même esprit. On en est à gommer les défauts du précédent volet. C'est un peu comme si, dans le même temps, EA s'implantait des améliorations dignes de Deus Ex et que Konami soignait des blessures profondes avec un bandage.

     Cela fait désormais deux ou trois ans qu'EA a doublé PES en termes de qualité de jeu. On sent Konami tenter de revenir dans le match. Ce sera difficile. Mais cette année, on remarque la volonté de se repartir sur de bons pieds, avec pas mal de rustines qui remettraient le jeu en selle. Je pense que Konami devra prendre quelques risques chaque année pour revenir au niveau de FIFA. Cela ne se fera pas sur 12 petits mois, ce n'est pas avec quelques ajustements, quelques réglages que PES rattrapera FIFA. En revenant sur quelque chose de plus rythmé l'an passé, PES est parti dans une autre direction. Tant mieux. On peut dire que si on est fan de simu, on doit loucher du côté de FIFA. Si on cherche quelque chose de plus arcade, il faut aller vers PES.

    PES 18 et l'intelligence artificielle

    pes182.JPGCette année, j'ai l'impression que PES a essayé de revoir sa copie en termes d'IA. Ce n'est pas non plus très flagrant. Avec des joueurs qui ne cherchent pas forcément à se démarquer, d'autres qui laissent filer la balle en touche alors qu'on leur faisait la passe (je peux vous dire que c'est incroyablement agaçant), on se demande parfois si on joue à l'opus 2018.

    Le problème, c'est qu'en permanence, on a l'impression que les colmatages ont été faits en réaction à FIFA 18. Forcément, ce ne sont pas les meilleures conditions pour plancher sur quelque chose et ce n'est pas parfait non plus. Résultat ? On a quelques modifications sans avoir de résultats parfaits.

     

    Globalement, ce PES 18 est bon : demo en direct .Mais dans tous les domaines sur lequel on se doit de comparer les deux titres, FIFA est excellent.

    à suivre...

  • interview d'un champion du jeu fifa 2

     

    Le joueur qui t’a donné le plus de fil à retordre ?

    affronter des teams bien structurées avec un bon jeu collectif, bien plus que des team avec un top player acheté à grand coup de crédits fifa : ici  http://www.univ-creditsfifa.fr/credits-fifa-17-pas-cher/12-credits-fifa-17-ps4.html ou ici http://www.univ-creditsfifa.fr/credits-fifa-17-pas-cher/11-credits-fifa-17-xbox-360.html

    Outre le titre, tu partiras donc prochainement à Vancouver rencontrer l’équipe qui réalise le jeu. J’espère que tu as fait ton passeport…

    C’est en cours, ça va être juste niveau délai mais ça va le faire !

    Sinon, je peux te délester de cette tache…

    Tu fais de partie de la TEam Mox, peux-tu nous en dire un peu plus sur l’équipe fifa 17 et sur ce qu’elle t’apporte pour tes tournois ?

    Outre le fait que ce soit une Team, c’est surtout des personnes qui n’ont pas d’égos surdimensionnés, très sympathiques et qui ne se prennent pas la tête. L’ambiance est bonne au sein du groupe et il m’apporte un grand soutien lors de mes matchs. J’en profite pour les remercier, sincèrement.

    Le titre de l’EA Sports FC en poche, as-tu d’autres objectifs pour cette année ? Peut-être l’ESWC ?

    Manifoot reste pour moi l’objectif numéro un avec une importante somme d’argent à la clé. L’ESWC est aussi un de mes objectifs. Je vais essayer de me qualifier online où de faire une étape, sans doute à Lille.

    Dernière question avant de te laisser partir, tu as utilisé quelle configuration pour remporter l’EA Sports FC ? Tout en Automatique ou certaines options en manuelles ?

    Je sais que je vais te décevoir  mais sur fifa 17 je joue en configuration de base, c’est-à-dire Assisté ou semi-Assisté.

    Tu ne me déçois pas du tout, rassures-toi. Lors des compétitions, les règles du jeu sont claires… L’objectif, c’est de gagner.

     

     

  • interview d'un champion du jeu fifa

     

    Tout d’abord, félicitations pour ton titre de champion de France FIFA 16 !

    Merci !

    Alors pour ceux qui ne te connaissent pas encore, est-ce que tu peux te présenter rapidement ?

    Je m’appelle Felix L., j’ai 22 ans et je suis champion de France PES 2014, champion en double sur PES 2012 2013 et depuis quelques jours champion FIFA 16 et sans crédits fut 17 achetés en plus sur un site comme stat-foot par exemple !

    Couronné de succès sur PES et maintenant sur FIFA, tu deviens le deuxième joueur à réussir ce tour de force. Quand as-tu commencé à jouer à FIFA sérieusement ?

    Un mois après la sortie du jeu, j’ai voulu voir ce que FIFA valait. Cela faisait une dizaine d’année que je n’avais plus touché à un FIFA, j’ai tout de suite accroché et j’ai assez vite compris que je pouvais faire un truc cette saison.

    Le passage n’a-t-il pas d’ailleurs été trop difficile ? Même si cela reste un jeu de Football et qu’il faut juste marquer un but de plus que son adversaire pour gagner, on imagine qu’il t’a fallu un temps d’adaptation ?

    Il m’a fallu quelques mois d’adaptation. J’ai d’abord voulu comprendre « comment se jouer un FIFA ». Ensuite voir toutes les subtilités du jeu, le timing dans les dribbles, comment bien défendre, comment bien presser mon adversaire, etc. J’ai mis deux mois à peu près pour oublier tous mes réflexes PES et avoir un bon niveau sur FIFA.

    Justement, tu as joué avec quelle équipe et quelle formation pour l’EA Sports team ?

    Pour cette année, j’ai joué avec le Réal de Madrid en 4-1-2-1-2. Gros passage par le marché des crédits fifa alors  : pareil pour les crédits fut 17 que je trouve avec star2fut.fr aussi 

    Tu remportes l’EA Sports FC et donc le titre de champion après un tournoi difficile. Quels matchs t’ont marqué ?

    À vrai dire quasiment tous mes matches m’ont marqué en phase finale. Mon 16ème contre Marseille était incroyable, mon 1/8 était plaisant à jouer, notamment avec son style de jeu. Le 1/4  fut un gros match très fermé qui ne s’est joué à rien. Enfin ma 1/2  fut sans doute le match le plus spectaculaire avec un score final de 3-3.

    Tu arrives donc en finale après avoir sorti 2 ex champions du jeu fifa. Pas mal pour la
    confiance, non ?

    Oui mais bizarrement, cela m’a aussi mis un peu la pression. J’ai eu peur d’avoir fait tout ce parcours pour rien mais heureusement, la finale m’a sourie.

    Justement, tu domines la finale sur le score d’un but à zéro. Un score étriqué pour un match visiblement très défensif. Tu n’as jamais douté ?

    Je sais, par expérience, que le joueur qui gagne une finale est généralement celui qui prend le plus de risque alors je suis tout de suite rentré dedans ce qui m’a permis d’ouvrir le score rapidement. J’ai ensuite très bien défendu même si je n’ai pas réussi à faire le break. Ça m’a fait douter jusqu’à la dernière seconde.

    Quel est pour toi le point fort qui t’a permis de faire la différence lors du championnat ?

    Sans aucune prétention, à mon crédit dans fifa : ma technique et mon style offensif m’ont permis de faire la différence lors des gros matchs.

     

  • test Pure Football : loin de fifa 16

     

    Genre : Sport / Foot
    Editeur : Ubisoft
    Développeur: Ubisoft Vancouver
    3 ans et +
    Xbox360 – PS3

    Test sur Xbox 360.

    pure.JPG

    Un jeu de Foot autre que Pro Evolution Soccer ou Fifa 16 qui passe entres nos mains pour un test ce n’est pas courant mais nous sommes en pleine Coupe du Monde et Ubisoft a décidé d’en profiter aussi en sortant ce Pure Football. Ici pas de simulation, nous sommes en présence d’un jeu à la Fifa Street qui met en opposition deux équipes de 5 joueurs dans des environnements étranges et sauvages, des actions délirantes … Bref de l’arcade à gogo et normalement le plaisir de se défouler sur un terrain de foot sans se prendre la tête avec des stratégies et autres formations,à acheter des crédits fifa avec creditsfifa16.fr pour avoir les Messi, Ronaldo, Neymar dans son équipe. En tout cas c’est le programme annoncé par Ubisoft.


    La réalité est tout autre malheureusement !

    Graphismes : 09/20

    Graphiquement il faut le dire tout de suite, Pure Football est bien loin de nos attentes et des normes actuelles. Les décors et les effets  sont les seuls à sortir un peu du lot sans etre extraordinaires mais que dire alors du terrain et des joueurs tous plus vilains les uns que les autres ! L’ensemble graphique est d’une pauvreté hallucinante et indigne des consoles de sony et de Microsoft.
    Décevant, très décevant …

    Durée de Vie : 08/20

    La encore rien de bien glorieux ni original, les modes de jeux sont classiques  et ne permettent pas de jouer très longtemps. La Campagne est une formalité qui ne donne pas beaucoup de plaisir au joueur tout comme les modes annexes (Partie rapide et Multijoueurs) qui ne procurent pas plus de sensations. Une durée de vie bien trop courte pour un jeu vidéo …


    Est-ce vraiment un défaut pour un jeu aussi décevant ?