test du jeu Shinobi 3DS

 

 

Fans de jeux d’action et de challenges relevés, si vous recherchez un jeu pour votre 3DS le dernier Shinobi édité par Sega pourrait bien vous intéresser.

 

shinobi.JPG

 

 

Dur dur d’être un Ninja

La référence en jeu d’action des années 80 est de retour ! Et le parti pris par Sega pour coller avec l’esprit original de la série risque de ne plaire qu’aux fans de la première heure amateurs de 2D en scrolling horizontal. Heureusement, j’en fait partie et c’est donc avec un réel plaisir que je me suis adonné aux joies de la baston sur ce Shinobi 3D.

Mais il faut bien l’avouer, ce Shinobi est assez inégal dans sa réalisation. Commençons par l’histoire tout d’abord. Le début du jeu emmène Jiro, le personnage principal, dans le Japon féodal avant que l’on soit projeté en 2056 après J-C pour enfin terminer dans un vaisseau spatial. Difficile de trouver une cohésion à tout cela, et les vidéos censées nous expliquer l’histoire ne sont pas toujours des plus claires.

Niveau gameplay

celui-ci se porte plutôt bien et colle parfaitement aux boutons de la portable de Nintendo. Saut, double saut, parade, grappin, épée, kunaï, voilà une partie des possibilités de notre Ninja. Vous pouvez même utiliser votre habileté pour faire des glissades sur le sol ou sauter d’un mur à l’autre et atteindre de cette manière des endroits surélevés. Plus compliqué qu’il n’y parait de prime abord, le gameplay vous demandera par exemple d’exécuter des parades le plus précisément possible en appuyant sur une touche au bon moment. En cas de galère dans un niveau, vous pourrez utiliser de la magie parmi les 4 types différents : le feu, l’éclair, la terre et l’eau. Mais attention, vous ne pourrez utiliser la magie qu’une seule fois dans un niveau (sauf si vous mourez ou que vous trouver un parchemin). Veillez donc à l’utiliser à bon escient.

Mon seul regret, c’est que le système de combat ne connait aucune évolution tout au long du jeu. L’on dispose de tous nos mouvements et capacités dès le début du jeu et il n’y a aucune évolution possible pour le gameplay. J’aurais préféré que mes capacités se débloquent petit à petit en fonction de ma progression.

Au niveau de la magie, je n’ai pas vraiment trouvé que tous les types étaient indispensables pour progresser dans le jeu.

Comme on fait dans le classique, chaque fin de niveau est ponctuée par un combat contre un boss. Tous ne laisseront pas un souvenir impérissable mais le combat contre le requin par exemple était assez mémorable

niveau de la difficulté de Shinobi

sachez que Shinobi est un jeu très difficile. Je vous conseille de prendre connaissance de la description de chacun des niveau de difficulté avant de vous lancer dans la partie. En mode très difficile, Shinobi pourrait bien vous faire passer autant de nuit blanche que DarkSouls. Il vous faudra mêler habileté, concentration et un peu de chance pour passer les niveaux. Je vous avoue que j’ai terminé le jeu en mode facile et que j’ai tenté dans les difficultés très élevées mais ce n’est pas demain la veille que je terminerai le jeu en hardcore. Je n’aime pas du tout me sentir frustré quand je fais plus de 10 essais pour franchir un passage et que je dois éteindre la console en ayant échoué.

shinobi2.JPGEt pourtant ce qui caractérise Shinobi, c’est le fait de pouvoir y retourner pour tenter de battre son score. Chaque fin de niveau vous octroie une note sous forme de lettre en fonction de vos prouesse au combat et du niveau de difficulté que vous avez choisi. Vous pouvez même enregistrer un replay que vous pourrez regarder plus tard. Personnellement, je n’en ai pas trouvé l’utilité.

Huit, c’est le nombre de niveau que compose Shinobi. Chaque niveau peut se terminer en 10 à 20 minutes, tout dépend de la difficulté et du nombre de fois que vous mourrez, et croyez-moi, cela arrive assez fréquemment. Et pour encore prolonger la durée de vie du titre, un niveau propose une sorte de labyrinthe dans lequel il faudra passer les portes dans un certain ordre sous peine de devoir recommencer au début en cas d’erreur…c’est à se tirer les cheveux ! Mais vous aurez vite fait le calcul, la durée du vie du titre se veut plutôt faible.

Graphiquement, Shinobi propose un style manga qui m’a assez plu. J’aurais cependant préféré des couleurs vives surtout dans les niveaux de fins qui sont assez ternes. La 3D est sympa mais sans plus. Elle n’apporte pas grand chose au jeu et peut même être dérangeante dans certaines phases de jeu. Les animations lors des combats sont très fluide et la musique est correcte pour un jeu d’action.

Une fois le jeu terminé, vous aurez encore quelques petites choses intéressantes à faire. Tout d’abord, dès le démarrage du jeu, vous débloquerez un défi que vous pourrez choisir. D’autres défi se débloqueront grâce à la fonction streetpass et les pièces que vous récolterez. Ces défis sont assez corsés et vous pourrez les paramétrer comme bon vous semble. Il vous sera même possible d’échanger votre épée contre une tronçonneuse. Mode mafia 2 On.

Il y a également des galeries d’artworks, des musiques et des cinématiques. Vous trouverez également une rétrospective expliquant l’histoire de la franchise.

Avis final :

Sega aurait pu signer un retour triomphant avec ce Shinobi. Malheureusement, la faible durée de vie et le fait qu’il est avant tout destiné aux Hardcore Gamer ne le rendent pas indispensable sur 3DS et ce malgré le manque de concurrence sur cette récente console. Etant nostalgique de cette époque du jeu vidéo, j’ai adhéré au titre mais pour ceux qui ne seraient pas dans ce cas, Shinobi devient intéressant à moins de 20€. Au-delà, passez votre chemin et attendez une baisse de prix.

Les commentaires sont fermés.